Bienvenue sur le site internet de la ville de Vernier



Sprungnavigation

Von hier aus k?nnen Sie direkt zu folgenden Bereichen springen:
Startseite Alt+0 Navigation Alt+1 Inhalt Alt+2 Suche Alt+3 Inhaltsverzeichnis Alt+4
Seite drucken PDF von aktueller Seite erzeugen
_RUBRIKNAME_

La crèche de l'Étang initie des "réunions démocratiques"

Inspirées de la pédagogie participative, les réunions démocratiques permettent de régler collectivement certaines problématiques individuelles.

Logée au 3e étage du « GigAtrium », la crèche de l’Étang offre des locaux lumineux et résolument modernes aux enfants en âge préscolaire qui la fréquentent. Outre un mobilier flambant neuf, des outils pédagogiques originaux sont également mis en place par la nouvelle équipe. L’éducatrice Nathalie Martinez se passionne depuis plusieurs années pour la pédagogie participative. Après plusieurs années à encadrer des groupes Harmos – enfants de 3-4 ans et plus – à l’EVE de Vernier-Village, la jeune femme veut aujourd’hui introduire les « réunions démocratiques » à l’Étang. Explications.

En quoi la pédagogie participative se distingue-t-elle des autres approches ?
Après quatre mois passés au Québec où la pédagogie participative est très développée, j’ai réalisé que nos enfants étaient souvent passifs dans les crèches. C’est généralement l’adulte qui décide du programme de la journée et des activités. La pédagogie participative propose une autorité plus horizontale. Elle offre davantage de liberté et de pouvoir de décision aux enfants.

En quoi consistent les réunions démocratiques ?
Les réunions démocratiques sont une manière de travailler des problématiques sociales en groupe. Elles encouragent les enfants à s’exprimer devant les autres, à se décentrer et à trouver ensemble une solution à une difficulté. C’est aussi l’occasion pour nous de leur donner des outils au cas où ils seraient confrontés à des situations similaires dans le futur.

Comment se déroulent-elles concrètement ?
Quand nous remarquons qu’un ou plusieurs enfants sont confrontés à une difficulté ou préoccupés par un sujet, nous leur proposons d’en parler en réunion démocratique. Une fois en groupe, soit l’éducatrice expose de manière anonyme le problème, soit elle invite l’enfant concerné à expliquer la situation. S’ouvre ensuite un moment d’échange où chacun et chacune peuvent s’exprimer sur ce qui vient d’être dit. Tous les enfants sont ensuite encouragés à faire des propositions pour trouver une solution. A la fin de la réunion, nous décidons ensemble ce que nous choisissons de faire. Nous observons le fait que les enfants qui sont acteurs de cette prise de décision renforcent leur adhésion à celle-ci.

Avez-vous des exemples concrets de situations qui vous ont marquée ?
Je me souviens d’un enfant qui avait perdu sa grand-mère et chantait toute la journée à ses copains de la crèche que sa grand-maman était morte. Nous lui avons demandé s’il souhaitait parler de cela à la réunion démocratique, ce qu’il a accepté. En groupe, il a d’abord expliqué la mort de sa grand-mère avec ses mots, puis il y a eu un long silence. Soudain, une petite fille a dit qu’elle avait envie de pleurer et s’est levée pour faire un câlin à l’enfant en deuil. Tous les autres enfants ont suivi et l’ont pris dans les bras. L’enfant en deuil les a remerciés et a exprimé le souhait de dessiner une fleur pour sa grand-mère. A ce moment, un autre enfant a proposé qu’ils réalisent tous une fleur pour lui offrir un bouquet, ce que le groupe a fait. A la fin de la journée, chaque enfant a pu imprimer au fond de lui qu’il pouvait être soutenu par les autres si un de ses proches venait à mourir.

Quelles compétences chez les professionnelles cette approche nécessite-t-elle ?
Il faut être suffisamment ouvert pour accueillir les propositions des enfants et être prêt à les tester. Certaines ne nous parlent pas, mais ont une signification pour eux. C’est en acceptant de les mettre en pratique que la magie opère.

Un exemple ?
Un jour, dans une réunion, on avait abordé la question des injures et on cherchait un outil pour signaler aux enfants lorsqu’ils dépassaient les limites. Un enfant a alors proposé de donner une voiture rouge. Au départ, nous ne voyions pas le lien, mais nous avons compris que pour les enfants, la voiture rouge avait la valeur d’un carton rouge. Cela a fonctionné.

Quels sont les principaux avantages des réunions démocratiques ?
On inclut tous les enfants avec leurs problématiques. Il n’y a plus les enfants à besoins spécifiques et les autres. Tous les enfants ont des besoins spécifiques qui peuvent aussi concerner d’autres membres du groupe dans une moindre mesure. Cette approche montre les spécificités de chacune et chacun. Les enfants se sentent moins lésés car l’un ou l’autre a reçu un traitement de faveur, puisqu’au final chacun et chacune sera valorisé à un moment. La pédagogie participative n’empêche par ailleurs pas d’avoir des règles de vie claires qui sont non négociables.

Article publié dans l'ActuVernier du mois de décembre.


Nathalie Martinez
Nathalie Martinez, éducatrice à la crèche de l'Etang

Date de l'actualité : 11 jan. 2022


  • Mairie de Vernier
  • Rue du Village 9
  • Case postale 520
  • CH 1214 Vernier
  • Ouverture du guichet 9h-14h
    Mercredi 9h-17h
  • Facebook


  • Druck Version
  • PDF