Bienvenue sur le site internet de la ville de Vernier



Sprungnavigation

Von hier aus k?nnen Sie direkt zu folgenden Bereichen springen:
Startseite Alt+0 Navigation Alt+1 Inhalt Alt+2 Suche Alt+3 Inhaltsverzeichnis Alt+4
Seite drucken PDF von aktueller Seite erzeugen
_RUBRIKNAME_

La Fenice, un immeuble hors du commun à Châtelaine

Situé à l'angle entre l'avenue de Châtelaine et le chemin Maisonneuve, l'immeuble a été construit par la Fondation des Maisons communales de Vernier. Il laisse la nature s'exprimer et un nouveau système de végétalisation est à l'essai.

La Fenice off re 12 logements de 3, 4 et 5 pièces répartis sur quatre étages auxquels s’ajoutent deux logements en attique. Ils ont tous trouvé preneurs. L’immeuble appartient à la Fondation des Maisons communales de Vernier et celle-ci a voulu proposer un projet exemplaire et novateur en termes d’aménagements extérieurs et de nature en ville. Pour y parvenir, elle a travaillé avec la Direction générale de la nature et de l’agriculture de l’État de Genève et l’HEPIA, la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture. Visite guidée de la Fenice avec la FMCV.

Au coeur de la cité
« L’immeuble se situe dans un espace construit très contraint, explique Christina Meisner, responsable de projet pour la Fondation des Maisons communales de Vernier. Il n’était pas évident de construire un immeuble d’habitation agréable à vivre à côté d’une grande artère comme l’avenue de Châtelaine. » Le problème était aussi foncier, l’immeuble se trouvait sur plusieurs parcelles appartenant à diff érents propriétaires, un propriétaire privé, l’Etat et la Commune. Les mettre d’accord n’a pas été simple, mais l’enjeu majeur pour la FMCV, était de rajouter de la qualité de vie, d’amener de la végétation dans un endroit très bâti.

Nature en ville
« Chacun a besoin de verdure et le concept de la nature en ville est de plus en plus important, relève Christina Meissner. Il n’était pas évident d’amener du vert avec un tout petit front de rue et une cour arrière minuscule, mais nous avons relevé le défi ». Sur le front de rue, devant le supermarché, la FMCV a réussi à planter de grands arbres afi n de créer un espace de
rencontre et de convivialité. Sur le toit, un espace végétalisé a été créé. « La toiture présentait de nombreux éléments techniques, mais il restait une belle surface en galettes sur laquelle nous avons planté de la végétation et même installé un petit étang. L’objectif de ce jardin en toiture était d’off rir de l’habitat pour la faune et la fl ore sauvage. » Dans la cour arrière, plutôt que du gazon ou du béton, un substrat de tuiles concassées permet à une prairie de se développer sans trop d’intervention humaine. Pour les platesbandes, la fondation a choisi des arbustes et des fleurs indigènes, afi n que les oiseaux et les insectes puissent se nourrir et butiner. « Nous avons également placé des pierriers pour les lézards, des nichoirs à insectes, à chauve-souris, à hérissons et à passereaux. »

Une mini-forêt verticale
La cour arrière, située au nord, n’était pas très exposée. En collaboration avec le Canton et l’HEPIA, la FMCV a inauguré une nouvelle technique de mur végétalisé, un espace expérimental en mousse. « Les mousses sont de mini-forêts et de nombreuses espèces s’y réfugient ce qui permet de nourrir les insectivores, notamment les lézards et les oiseaux, se réjouit Christina Meissner. Esthétiquement, elles apportent de la verdure et ont l’avantage d’être reviviscentes, elles peuvent sécher puis revivre après une pluie. » L’expérimentation réalisée à la Fenice est unique en Suisse. La FMCV l’a mise sur pied sous la direction de l’HEPIA et avec l’aide d’un artisan fribourgeois. « En mai, nous avons posé plusieurs types d’apprêt, des revêtements diff érents qui servent de support à ces mousses, mélangées dans le substrat. » Après quelques mois, quatre des sept substrats donnent des résultats encourageants. « Je ne m’attendais pas à un succès si rapide. Je pensais qu’il faudrait attendre au moins trois ans avant que les premières pousses apparaissent. » Un mur en mousse est très peu coûteux, contrairement à certaines parois végétalisées sophistiquées qui nécessitent l’installation d’une irrigation complexe. « Avec cette paroi en mousse, on obtient un mur végétalisé pour une somme modique, une mini-forêt verticale en milieu urbain », conclut, enthousiaste,
Christina Meissner.

Info
FMCV


Fenice
 

Date de l'actualité : 17 déc. 2020


  • Mairie de Vernier
  • Rue du Village 9
  • Case postale 520
  • CH 1214 Vernier
  • Lundi à vendredi de
  • 09h à 12h et de
  • 14h à 17h
  • Facebook


  • Druck Version
  • PDF